Les peintures de coquelicots de Pierre Marcel

 

 


L'atelier de Gisancourt
(Guerny, Eure)




 



Expo coquelicots à la galerie A Propos d'Art,
Argenteuil, septembre 2003

 

Annonciateurs de l’été,

Ces coquelicots si graciles

Sur l’écrin vert des blés

Ou mauve du lin fleuri

Ponctuent de leur pourpre

Les champs et les routes

 

Comme les femmes qui dansent

Ils déploient leur jupons rouges

Et ondulent gracieusement

Offrant à la lumière solaire

Leur grand cœur bleu sombre

 

Attentifs à la musique chantée

Par l’orge et le blé qui bruissent alentour

Ils ondoient sous le souffle léger de la brise

Inclinant doucement leur corolle écarlate,

Frémissante, éphémère et transparente

 

Magnifiques dans leur fragilité

Emouvant dans leur simplicité

Il me rappelle la précarité de tout,

De mes amours et de mon existence

Carpe diem avant que la mort ne me cueille

Heureuse que je suis sans le savoir,

Je suis belle et vivante.

 

Sylvie

Juillet 2005


voir cette série de l'année 2003

 




 

 

Commentaire de Sylvie,(Compiègne, 60) :
Mon très cher Pierre,
Le sextuor de coquelicots m'enchante tous les matins à mon réveil. Je les sens frémir, inclinant doucement leur fragilité dans le souffle du vent, gracieux et éphémères. Ils me chantent leurs mélopées et la précarité de notre existence et malgré tout ils m'aident à m'endornir dans leur sérénité. Parce que "Carpe Diem"... nous sommes vivants !  Je te remercie

Annonciateurs de l’été,

Ces coquelicots si graciles

Sur l’écrin vert des blés

Ou mauve du lin fleuri

Ponctuent de leur pourpre

Les champs et les routes

 

Comme les femmes qui dansent

Ils déploient leur jupons rouges

Et ondulent gracieusement

Offrant à la lumière solaire

Leur grand cœur bleu sombre

 

Attentifs à la musique chantée

Par l’orge et le blé qui bruissent alentour

Ils ondoient sous le souffle léger de la brise

Inclinant doucement leur corolle écarlate,

Frémissante, éphémère et transparente

 

Magnifiques dans leur fragilité

Emouvant dans leur simplicité

Il me rappelle la précarité de tout,

De mes amours et de mon existence

Carpe diem avant que la mort ne me cueille

Heureuse que je suis sans le savoir,

Je suis belle et vivante.

 

Sylvie

Juillet 2005




Commentaire de Catherine (Clamart) :
Ta "ligne rouge" m'a époustouflée...
Ca m'a tellement rappelé les après-midi d'été, quand j'avais 5 ans et que mon père nous conduisait ma soeur et moi, vers la maison de la campagne de ma grand-mere, dans le Perche... Le goudron sur la route plate, les mirages causes par l'écrasante chaleur, le soleil qui aplatit tout, la volatilité et la légèreté des petals de coquelicots, le rouge, le noir, la clarté, les croisements de route signales par les bornes... Quelle madeleine de Proust... Wouah, quel bonheur plein les yeux...


Commentaire de Danièle LANFUMEY (Troyes, Aube) :
Merci pour ce site, avec ces magnifiques coquelicots. Sans oublier les jolies jambes !
Vous faites rêver les uns et les autres. L'air de la Normandie semble mieux vous inspirer que les paysages de votre ancien lieu de résidence, quoi que cette route avec les cailloux imaginés était assez sympathique..... J'aime les coquelicots. J'aime vos coquelicots aussi, car ils sont plein de fraicheur et d'une beauté diluée où la belle énergie du rouge reste à inventer, au gré de notre imagination du moment.
Bien amicalement.


 



Expo des coquelicots à Montmartre, (Atelier design Bernard Pellet) Au Tour Du Feu

 

    Les peintures de coquelicots, avril - juin 2005 :

Exposition "Jardins de Montagny" édition 2005



5 peintures de coquelicots installées au-dessus du bar du restaurant l'Adresse, Beauvais.

                           

Deux peintures  grand formats, juin 2005

Les peintures de coquelicots de Pierre Marcel actuellement disponibles à " La Ferme Derly":

 

 Retour sur le site internet de Pierre Marcel

all images, original paintings Copyright Pierre Marcel 2001- 2005