Sur la paille. Un inventaire des tableaux sur le thème de la paille, les moissons et les rollersballs.

Voici quelques tableaux de l'année 2002, sur le theme des moissons. Détails se trouveront dans les pages mois de juillet, août, septembre, novembre du site lepommier.net
Etude pour le tableau "rouleaux de juillet"  Le battement de la moissoneuse  autre étude pour "battement de la moisoneuse"  La flèche, ça ferai un joli poster !  

et plus spécialement sur les tas paille :    la clef des champs

 English web site , see http://www.freewebs.com/jorgeg/

Juillet 2003
En vacances avec les enfants à Belle Ile en Mer, je peins les rollerballs de foin.
.Sitôt rentré en Normandie, je n'ai de cesse que d'explorer les champs de blé du Vexin, avec chevalet, matériel et l'indispensable parasol. Canicule et taons mes ennemis, agriculteurs affairés et touristes belges en goguette, mes nouveaux amis !
Les uns me réservent un accueil chaleureux dans leurs chemins, tout surpris de voir qu'un artiste s'interesse à leur boulot, les autres s'arretent et se précipitent hors de leurs voitures avec femme et enfants  pour voir ce qui peut bien m'interesser à peindre en raze campagne!
Voir cette peinture, La Pointe des Poulains 

Sur la paille.
série de 8 études, huile sur toile, 100 x 100 cm
 septembre-novembre 2003

 En préparation des jours pluvieux, et comme les roller balls ne restent jamais longtemps à coucher dehors, je me suis procuré deux ballots comme modèles chez Mr Laurant ELI, un jeune fermier de Buhy qui m'a beaucoup aidé. Grâce à l'amabilité de ma belle commune de Saint Clair sur Epte, j'ai installé ces encombrants dans la cour du Prieuré, devant le musée de la pomme.J'y ai installé un atelier provisoire, de juillet à novembre 2003, pour péparer mon expo comme invité d'honneur au Salon d'Automne de l'AGAP.

 

Cet été, fidèle à ma vocation de m’inscrire dans l’actualité et dans mon territoire d’exploration, j’avais planté mon chevalet dés les premières moissons dans les champs de blé du Vexin, en pleine canicule.  Puis, pourquoi s’en priver, je me suis même fait livrer deux ballots de 330kg chacun, comme modèles pour travailler cet automne. Je me suis obstiné donc sur ce thème, m’offrant  un exercice zen, en même temps qu’un pari, une aventure :

Je me laisse happer par ce vertige de couleurs, de matières et de reflets, traits de pinceau après traits de pinceaux. Pendant des heures et des jours, je soulève des éclats de lumière, et un moment donné, je passe de l’autre coté de la muraille de cette réalité énorme. 

L’artiste est un chercheur d’aiguille**  dans la meule de paille tournoyante du monde et du temps qui passe. La trouve-t-elle, cela intéresse assez peu finalement. L’essentiel est la recherche elle-même,  jamais vaine.

** l'aiguille !La fameuse aiguille que l'on cherche dans la botte de foin c'est en fait l'outil que je tiens dans la main sur cette photo "salon d'automne" Cette fourche rustique, un morceau de bois taillé en pointe, puis fendu et maintenu écarté par une cale et une ligature est un outil assez encombrant pour qu'il soit difficile de la perdre !
Amusant, comme une expression évolue?


La Marseillaise. 2003-2005 Acrylique sur toile,  50 x 150 cm

Les musiciens reconnaîtrons, je l’espère,  une demi mesure, puis une mesure et une autre demie du début de la Marseillaise. Suivant l’orientation des pneus, on a une note plus ou moins longue, les limites de blocs de paille déterminant les portées.

retour page principale de www.lepommier.net