Presse sur Pleinph'Art
 
par ordre chrolologique de parutions, (articles des plus récents aux plus anciens)  Inventaire complet à consulter sur le site Flickr.com

  L'impartial JEUDI 14 OCTOBRE 2010- 47

 Un univers dessiné fantastique : Le Pivain PIXX, Gisors. Article de notre hebdomadaire régional Vexinois normand

GISORS

BOUTIQU’ART 2010 > LEPIXX EXPOSE CHEZ VISION GAMES

 

            Un univers dessiné fantastique

 

Pierre Le Pivain, dessinateur et illustrateur expose ses travaux dans le cadre de l’exposition Boutiqu’Art (à découvrir jusqu’au 16 octobre dans les boutiques du centre-ville participantes). Installé chez Vision Games, magasin de jeux vidéo situé rue de Vienne, il vous invite à découvrir son univers réaliste imbibé de science-fiction et de fantastique.

Installé au Boisgeloup depuis 2006, Pierre a passé la majeure partie de sa vie dans la capitale. Fatigué du bruit, de l’agressivité croissante de son environnement, il décide, avec sa femme Isabelle et leurs deux enfants, de partir. Fruit du hasard, la rencontre avec la ville a depuis fonctionné (lire ci-contre).

 

Une passion sans concessions

 

            « Mon goût pour le dessin ne m’est jamais venu, il ne m’a jamais quitté. D’aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours dessiné. Bien entendu, il y a eu des périodes de breaks, des fâcheries, mais nous nous sommes toujours retrouvés. » C’est ainsi que Pierre définit sa relation au dessin. À 20 ans, il entre à l’ESAG, une école de graphisme parisienne, bien décidé à suivre la formation qui l’aidera à concrétiser son rêve : vivre du dessin. Pourtant, au bout de trois ans (sur un cursus de cinq), faute de moyens et de conviction, il stoppe tout. « Cette décision a été de toute évidence une grosse erreur de ma part » regrette-t-il. De là, il commence à gribouiller selon ses dires pour quelques fanzines. Cette activité ne lui permettant pas de vivre, Pierre devient, en parallèle, agent de sécurité. Un jour, il se fait engager aux magazines Hachette. Il continue à dessiner, même durant ses heures de travail (à l’époque il réalise beaucoup d’illustrations pour divers magazines et jeux de rôle). C’est là que le rédacteur en chef de Joypad, Joystick et Playstation mag (des magazines de jeux vidéo) le repère. Il l’engage comme dessinateur de presse dans Joypad et Vidéo 7. Petit à petit, Pierre fait son trou. Il commence à écrire quelques articles et ne tarde pas à devenir rédacteur journaliste. Ce nouveau statut lui permet de mettre un terme à son métier de vigil, qui était à ses yeux une activité très réductrice, qui allait à contre-courant de tout ce qu’il aimait. L’aventure dure huit ans jusqu’à ce qu’Hachette décide de se séparer de ses titres. En désaccord avec les nouveaux repreneurs, Pierre démissionne et part faire du design dans une entreprise de jeux vidéo. Rapidement il retrouve une place de journaliste et investit la presse internet. Malheureusement, au bout de trois ans, les sites s’effondrent et Pierre se retrouve au chômage.

 

Une conviction solide mais douloureuse

 

            Suite à ce licenciement, Pierre se confronte à un choix délicat : redonner un souffle nouveau à ses rêves ou pas. « En France, nous n’avons pas ou peu la culture du dessin » explique-t-il. « À partir de là, il est extrêmement difficile de vivre de cette activité ». Une maison, des enfants … le choix est délicat. Mais Pierre y croit et se lance dans la bataille. « J’ai décidé de tout donner et je compte bien réussir. J’ai le soutien inconditionnel de mes enfants et de ma femme, et bien heureusement ! Sans eux, je n’y arriverai pas. C’est parfois compliqué, il y a des moments de doutes, de tensions. Je travaille entre 80 et 100 heures par semaine pour gagner moins que le SMIC. » Pourtant il ne lâche rien, Pierre réalise des illustrations pour divers magazines (Plasma, Casius Belli, Galaxie, Black Mamba, Présence d’esprit, Géant Rouge, Actua’litté …) dont Biblio-SF, un fanzine local ; il démarche éditeurs et scénaristes pour concrétiser des projets élaborés de bandes dessinées, expose (notamment, comme nous l’indiquions, au Boutiqu’Art de Gisors pour la deuxième fois et à la librairie l’Ange) … Il cherche à transmettre son savoir, même si chaque jour il continue lui-même à apprendre, au travers de cours de dessin et d’illustration à domicile (un projet qui lui tient grandement à cœur).

 

 

 

 

Légendes photos :

-       Lepixx en plein travail

-       Lepixx et Jean-Sébastien Delavaux qui accueille l’artiste dans sa boutique
 

Un univers varié et dérangeant

         Pierre évolue dans un style réaliste (mais pas trop !) proche du Comics américain (avec comme référence Métal Hurlant, Battlestar Galactica) et y mêle science-fiction et fantastique, dans l’esprit du premier épisode d’Alien. Au-delà, il intègre d’autres éléments qui le fascinent issus d’univers décalés et dérangeants dans l’esprit de Fight Club, White Palms (une série d’Oliver Stone, une sorte de X-Files Club plus parano), des écrits de James Elleroy, Neil Gayman … et des impressions de déjà-vu, dans la veine des Chemins de la mémoire et de Mémento
Puisqu’avant tout une œuvre visuelle se regarde, retrouvez l’univers de Pierre Lepixx, Le Pivain de son vrai nom, au magasin Vidéo Games de Gisors et sur son site internet www.lepixx.com

 

 

La rencontre avec Gisors

Gisors, avant de décider de quitter Paris, Pierre et son épouse n’en ont jamais entendu parler. Malgré tout, ils entrent en contact avec un agent local et conviennent d’un rendez-vous. Pierrre et Isabelle prennent leur voiture ; leur route leur paraît interminable. Enfin Gisors apparaît : la zone industrielle, la station-service abandonnée, la coopérative agricole et son grand silo gris…

«  À ce moment, avec isabelle, nous nous sommes demandé ce que nous faisions ici, Gisors était beaucoup trop loin de Paris où nous travaillions et la première impression n’était pas bonne. Le visage que propose Gisors en descendant la côte d’Hérouval ne donne pas envie, on a même voulu annuler notre rendez-vous avec l’agent immobilier, s’amuse Pierre, pourtant, comme nous étions en avance, nous sommes entrés en ville. J’ai pris un  café dans un bar, le propriétaire était accueillant, le temps semblait s’être arrêté. Puis nous avons visité le centre ville qui, aux alentours de 14h00, prenait vie. Il faisait beau, nous avons vu l’église, le château … et en fin de compte, Gisors nous a plu. Et quand nous avons visité notre maison de Boisgeloup, nous avons eu LE coup de cœur que nous attendions.

 

  L'impartial JEUDI 7 OCTOBRE 2010 53

Les Boutiques se parent d'Art. Concernant Boutiquart 2010,  Article de notre hebdomadaire régional Vexinois normand  

 

LANCEMENT DU 4E BOUTIQU’ART

 

Les boutiques se parent d’art

 

Pour la quatrième année consécutive, l’association Plein Ph’art investit les boutiques gisorsiennes. Trente-six artistes dont trois Allemands venus tout droit de Riegelsberg - la jumelle allemande de Gisors, deux semaines durant, (du 2 au 16 octobre), exposeront leurs œuvres dans les enseignes participantes.

 

Légendes photos :

-       Pour le vernissage de la manifestation, qui se déroulait au cinéma « Jour de Fête », les choses ont été faites en grand !

-       Les artistes du boutiqu’art au grand complet.

-       Originalité de cette 4e édition : les vélos-bars …

-       …de Brigitte Goupil et Gilbert Kadyszewski.

 

 

 

  Articles évènement Expiano avril 2010

revue de presse exposition Expiano 2O10 

Vistez les pages pleinphart artistes Expiano 7 articles de presse régionale, évènement Expiano 10-11 et 17-18 avril 2010, église de Saint Clair sur Epte (Val d'Oise)

(consulez la page Flickr.com, scan des articles et leurs transcriptions

 

 

la Gazette, l'hebdo du Val d'Oise. 14 octobre 2009

 La Gazette l'Hebdo du Val d'Oise 14 octobre 2009

Page 22

Montreuil-sur-Epte Journée internationale

La Voie Verte en Fête

Pour donner à l’évènement de la « journée européenne Voies Vertes » une lumière culturelle inter-régionales, sympathique et innovante, plusieurs associations ont obtenues l'autorisation par le syndicat mixte de la voie verte Gisors-Gasny de pouvoir animer cette journée du 27 septembre sur le secteur Val d'Oisien du pont d'Aveny, à Montreuil sur Epte.

Se sont donc mobilisés les associations Plein Ph'Art (culturelle et festive des Vexins) , l'Atelier du Pommier de Saint Clair sur Epte et les plasticiens du Val d'Oise, Oise et Eure : Aligna (plasticien de Chars a planté plusieurs centaines de fleurs en métal sur les berges de l’Epte), Gilbert kadyszewski, Bernard Pellet, Pierre Marcel et ses amis de l’Atelier du pommier (ils ont installé 6 stands, sculptures et peintures) et un ami commun, Olivier Mallet de la ville de Bezons (qui a fait une démo d’intervention graphique auprès du parlement européen pour la défense du droit de l’enfance).

Ce fut une initiative associative indépendante, sans aucun support financier des communes ou du conseil général du Val d'Oise, entièrement imaginée, conduite et financée par les volontaires.

L’objectif de cette journée festive est néanmoins de solliciter le regard des élus du Val d'Oise et de l’Eure sur des possibilités de financer les projets d’art contemporain, célébrations 2011 du traité de Saint Clair sur Epte. Ces ponts virtuels sur l’Epte, proposés par les associations Plein Ph’art et l’Atelier du Pommier, sont conçus pour laisser des liens pérennes, touristiques et culturels entre les deux régions Ile de France et Haute Normandie afin de célébrer cet anniversaire qui a donné la Normandie aux vikings.

Fabrice Guérin.

 

Paris-Normandie Vendredi 2 octobre 2009

VEXIN NORMAND

GISORS. Boutiqu’art organise une semaine d’animation au cœur du centre-ville, accessible pour tous.

L’art est dans la ville

Mesdames, vous recherchez un prétexte pour vous rendre dans votre boutique préférée sans que votre mari vous réponde : «  Encore, mais tu as déjà vingt-six paires de chaussures » ou «  Tu es déjà allée chez le coiffeur, il y a quinze jours »,  Boutiqu’Art est certainement la plus belle excuse.

Votre époux ne trouvera certainement rien à redire à ce que vous vous rendiez dans une boutique certes, mais pour y admirer des œuvres d’art. Boutiqu’art s’apprête à proposer une semaine d’animation au cœur du centre-ville et accessible librement pour tous.

Adhésion massive

Proposé par la section Plein Ph’Art, ce rendez-vous crée ainsi l’alliance entre quarante artistes et quarante artisans.
Et avant même que le coup d’envoi ne soit donné, le premier bilan est positif, tant les enseignes de centre-ville ont adhéré massivement à ce projet : «  C’est tout simplement deux fois plus d’acteurs que la précédente édition que nous rassemblons cette fois, se réjouit Lina Borlanghi, chargée de la communication pour cet événement. Le succès est tel que nous avons stoppé rapidement nos recherches de partenaires. Car le défi de rassembler quarante artistes de la région était déjà important. »

Nouveautés et découvertes

Une multitude de sites d’accueil permet ainsi aux passionnés d’art de retrouver plusieurs spécialités comme la peinture, la photographie, la sculpture… :
«  L’éventail est très large. Il y a ceux que l’on a maintenant l’habitude de retrouver ici comme Pascal Catry, Pierre Marcel, Gilbert Kadyszewski  par exemple, mais l’heure sera tout de même à la découverte puisqu’ils présenteront des nouveautés. Et puis,  il y a également des nouveaux que l’on accueille pour la première fois après les avoir découverts sur d’autres manifestations. Le top départ devrait être spectaculaire, avec une rue principale interdite à la circulation, samedi soir à partir de 18h pour le grand lancement. »
Animation en centre-ville du samedi 3 au dimanche 11 octobre.
Inauguration demain samedi à 18h30 avec une animation proposée par Plein Ph’art.
Clôture le dimanche 11 octobre à 11h.
Renseignements au 02.32.27.05.21

Quelques adresses

L’Excelcior:  Gérard Borlenghi (photo), l’Ange : William Castaño (peintre), La Pharmacie : Pascal Catry (sculpteur) , Caravelle : Brigitte Goupil ( sculpteur), Espace image : Jean-Michel Miralles ( peintre), Spatium : Rose Coogan ( sculpteur) , Krys : Patrick Blanchard ( plasticien), Amazone : Sylvia Tuccimei ( plasticienne), l’Adresse : Roland Bideau ( peintre), Shop cuir : Brigitte Lelouch ( sculpteur) , Cappeville : Jean Michel Ripaud ( photo), Fidjie : Gilbert Kadyszewski ( sculpteur), LTD : Anne Di Crescenzo ( peintre), Kristin : Pascaline ( designer), Cosmos : Florent Lanoue ( sculpteur) , Disc’Gisors : Le Piixx ( graphiste), Bijouterie Noël : Karolyn ( sculpteur) , Partie de Campagne : Louis Tartarin : (peintre), Agence Peeters : Lino de Giuli ( peintre), Why not : Patricia Rabeux ( peintre), La botte Bleue : Michel Clouin ( peintre), les Templiers : Colette Delagree ( peintre), cabinet Philippe Longfier : Pierre Marcel, Art photo : Gerard Vermeille ( peintre) Men's : Hervé Duetthe (sculpteur)

William Castaño, l’un des invités d’honneur

Son amitié avec Pierre Marcel et Pascal Catry ont fait de lui un invité de cette nouvelle édition de Boutiqu’art.

Mais cela ne s’arrête pas là. S’il figure dans la liste des artistes à l’honneur en 2009, c’est aussi parce que William Castaño a véritablement un talent dans son domaine.
Et la lecture de son CV sur son site Internet ne vient que le démontrer.

«  Au contact des habitants »

 Ce peintre-sculpteur collectionne les prix et autres expositions prestigieuses dans la capitale depuis maintenant deux décennies. Présent pour la première fois à Gisors, il sera l’hôte de la librairie l’Ange à quelques pas de l’hôtel de ville. Au programme, la présentation d’une vingtaine d’œuvres à l’aquarelle mixte, ces dernières mettront en lumière des violons et autres violoncelles, tandis que d’autres seront sur le thème du corps humain.
Habitué aux galeries, William Castaño se réjouit d’être ce casting : «  on vient directement au contact des habitants. C’est plus populaire, c’est très bien qu’il existe ce type de manifestations ».

 

  L'impartial JEUDI 8 OCTOBRE 2009

sors : L’art dans la rue et les magasins  Boutiquart 2009

LA 3E EDITION DE BOUTIQU’ART EST LANCEE

L’art dans la rue et les magasins

                L’association Plein Ph’Art a lancé samedi la troisième édition de son événement : Boutiqu’Art, à contempler dans les enseignes participantes jusqu’au 10 octobre.

                Si le principe demeure inchangé, à savoir qu’un artiste prend place dans chaque boutique participante, l’événement est agrandi, puisque de 20 artistes l’an passé, il y en a maintenant 40, Place Blanmont, Rues de Vienne, Cappeville, Paris, Daupine, des Frères Planquais.

                Les œuvres présentées, sont contemporaines, associant sculpteurs, peintres ou représentant du figuratif. La fanfare Mona Lisa Klaxon, donnait au public, quelques moments fameux de son répertoire, rue de Vienne et Place de la mairie.

                Le député Franck Gilard, grand amateur d’art, était accueilli par le président Pierre Marcel fameux artiste peintre, qui guidait son hôte de marque dans la rue de Vienne, afin de lui faire découvrir le graphiste «  Le Pixx » à la boutique Disc Gisors, le peintre Lino de Giuli à l’Agence Peters, le sculpteur Bernard Pellet chez AD Natura décoration, Hidzaki Shimada peintre japonais, installé à Vision Games, Patricia Rabeux peintre au bar Why Not ?etc.

                Il était amusant et sympathique de découvrir l’art, dans des endroits inattendus, comme une pharmacie, un opticien, une maroquinerie, un chocolatier, un huissier de justice ou un salon de coiffure…

Légende photos :

Les musiciens de la fanfare
Hideaki Shimada, aux côtés de Pierre Marcel et du député Franck Gilard.

 

Le DEMOCRATE Vernonnais mercredi 30 septembre 2009

LE DEMOCRATE  VERNONNAIS

ECOS – FETE DE LA VOIE VERTE

Des animations pour tous les goûts

La fête de la voie verte,  maintenant bien instituée, a animé les abords du chemin sur toute sa longueur dans le canton. Tour d’horizon des communes.

                A Gasny, «  Gasny en fête » s’était levé de bonheur pour préparer le terrain de Gymkanas en vélo pour les petits et grands. La taverne de l’U.S.G Gasny avait démarré les barbecues pour assurer une bonne braise, dans un cadre verdoyant. Une structure gonflable venait compléter les activités de la journée qui attirèrent beaucoup de monde. Les élus  se sont prêtés au jeu avec une balade cycliste jusqu’à Gisancourt.  18 km parcourus en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !

                A Aveny, que du culturel près du joli pont avec l’exposition de tableaux et de sculptures de l’association Plein Ph’Art de Gisors ! Le président, Pierre Marcel Schmidt a expliqué : « Nous désirons créer des ponts entre l’Ile de France et la Normandie ». Le prototype d’un projet destiné à fêter le traité de Saint-Clair sur Epte (911-2011) a, paraît-il séduit Michel Jouyet, le conseiller général favorable à l’idée de collaboration entre les départements de l’Eure et du Val d’Oise. « Notre intervention l’a étonné ! »

                Olivier, du centre de loisirs Croky de Bezons, a mis la dernière patte à un événement européen concernant la convention des droits de l’enfant : « C’est la dimension graphique d’un concept destiné à sensibiliser les adultes ». Quant à Aligna, artiste plasticien, il a expliqué aux visiteurs de passage : « Je montre qu’un déchet, une boîte de conserve, un bout de ferraille, peuvent-être recyclés en quelque chose de beau, et quoi de plus joli qu’une fleur ? »

                A Berthenonville, restauration rapide avec crêpes, croissants a été organisée par le comité des fêtes d’Aveny -  déménagé pour l’occasion afin de laisser le champ libre aux artistes. Un panneau a invité marcheurs et cyclistes à faire soigner les pieds au cours d’un massage flash effectué par Françoise Dussud, habitante de la commune : Aujourd’hui, c’est un massage en famille. Je suis très heureuse d’avoir pu y participer et de faire découvrir le massage en famille et la réflexologie plantaire. L’atelier a accueilli tout au long de la journée une vingtaine de personnes et tout s’est passé dans une ambiance conviviale et joyeuse ».          

                Le stand «  entre les Lignes »,  association d’initiation musicale de Dangu, a informé les parents des possibilités musicales offertes à leurs enfants (renseignements en mairie). Concours  de pétanque, vélos fleuris pour enfants ont également animé la voie verte.

                Mais, c’est chez Marilou, la buvette ouverte par Marilyn Lebars, depuis mai, que les randonneurs de tous poils se sont sonné rendez-vous pour déguster une superbe paella à l’ombre des pommiers, une bonne bouteille de vin frais sur table. Du plaisir à l’état pur en cette magnifique journée d’automne !

Illustrations :

Un projet destiné à fêter le traité de Saint-Clair sur Epte

La paella, un plat d’été sous un soleil d’automne.

 

  L'Echo du Réveillon Mai 2009

L'Echo du Réveillon 5 mai 2009

Les 21, 22, 28 février et le 1er mars 2009 l’église de CHAMBORS s’exposait aux 7 péchés capitaux.

Environ 500 personnes ont joyeusement investi le village de CHAMBORS lors du vernissage du samedi 21 février.

La soirée fut animée par la chorale de Montjavoult «  LE PETIT CHŒUR PALPITANT » et le « GEE JAZZ BAND » de Montagny-en-Vexin. Le barbecue et le buffet installés sous le chapiteau extérieur ont à peine suffi à satisfaire le péché de gourmandise en raison du nombre de convives.

Il s’agissait avant tout de créer un dialogue entre le grand public et l’art contemporain exercé par les plasticiens de la région des 3 pays du Vexin, Vexin Français, Normand et Thelle.

23 artistes contemporains, essentiellement des professionnels et une invitée des Etats-Unis ont choisi chacun un des 7 péchés capitaux et y ont associé la vertu correspondante afin de les interpréter plastiquement ou graphiquement à travers la sculpture, la peinture ou la photographie.

Des œuvres sur la gourmandise, la luxure, l’avarice, la paresse, la colère, l’envie, et l’orgueil côtoyaient des œuvres sur la générosité, le don de soi, le sens d’appartenir, la gratitude ou l’abnégation, la témérité, l’humilité, l’amour et la chasteté, la tempérance, la sérénité ou la paix.

Deux petits formats supplémentaires venaient également illustrer les thèmes de l’enfer et du paradis. Notre artiste peintre Cambrosienne, Cris Delaval-Rech a également accepté d’exposer une de ses œuvres pour l’occasion.

Tous ces artistes ont joués le jeu avec talent, humour et originalité.

La réussite de cette exposition inédite fut un travail assez considérable et nous ne remercions jamais assez tous ceux qui ont participé à son organisation, sa promotion et son installation. Le financement à hauteur de 240 euros fut assuré intégralement par les deux associations :

PELINPART et SAPERLIPOPETTE, avec l’aide de quelques généreux donateurs et celle de Monsieur le Maire de CHAMBORS, Didier GOUGIBUS.

Si la plupart des artistes ont trouvés acquéreurs pour les œuvres, le succès bien aidé et remarqué par les média locaux s’est également mesuré par la fréquentation inhabituelle sur ces deux week-ends hors saison car pas moins de 700 visiteurs ont pu être recensés  venant de toute la région, Beauvais, Rouen et Paris.

Nous vous invitons à consulter le site : <a href="http://www.pleinpart.com" rel="nofollow">www.pleinpart.com</a> ou <a href="http://www.geraldfoci.net" rel="nofollow">www.geraldfoci.net</a> pour connaître les artistes invités, voir leurs œuvres exposées, diaporamas de l’installation ainsi que les commentaires de presse.

Pierre Marcel

( Association PLEINPHART, Gisors)

Fabienne GRANGE et Renato MATTIUSSI

( Association SAPERLIPOPETTE, Chambors)

 

L'Impartial 19 février 2009

56 – JEUDI 19 FEVRIER 2009 –L’IMPARTIAL

SORTIR

CHAMBORS >; EXPOSITION JUSQU’AU 1ER MARS

Les 7 péchés investissent l’église

L’association Pleinph’Art investira l’église de Chambors les samedi 21 et dimanche 1er mars de 14 à 19 heures. Entre 20 et 25 artistes, peintres, sculpteurs et photographes de la région vexinoise exposeront leurs œuvres réalisées sur le thème des sept péchés capitaux. Un sujet inspiré par la crise, induite pour beaucoup par l’effondrement des valeurs. « Ce n’est pas une exposition ordinaire, non. C’est un travail qu’une bonne vingtaine d’artistes, des pros en majorité, de Gisors et sa région, ont entrepris dans l’atmosphère actuelle de crise mondiale », explique Pierre Marcel, président de l’association Pleinph’Art.

Eglise oblige, il fallait contrebalancer les péchés par la vertu.

Les artistes présenteront donc une seconde œuvre contredisant l’immortalité ayant coûté cinq mois de travail. « On s’est aperçu que si tous les artistes trouvent très facilement – et avec une certaine jubilation – à créer des œuvres sur les péchés capitaux, beaucoup se torturent les méninges à créer quelques chose sur les vertus ! Des artistes féminines de Gisors, localement connues, ont capitulé. Elles ne trouvent pas comment peindre des vertus ! », plaisante Pierre Marcel qui, en professeur, sait motiver ses troupes. Les visiteurs apprécieront d’autant plus l’effort en découvrant l’exposition.

Pour plus d’informations, consultez le site <a href="http://www.pleinphart.com">www.pleinphart.com</a>

Pécheurs et vertueux

Le peintre Emmanuel Lachenay.

Les peintres : Cris Delaval-Rech et Roland Bideau tous deux cambrosiens, Lino de Giuli, de Vétheuil, Philibert de Lattainville, Pierre Marcel de Saint-Clair-sur-Epte, Anne Di Crescenzo de Trie-Château, Marcel Viva de Gisancourt, Karen Schnell-Chilsholm de Miami, Caherine Vieu d’Argenteuil, Tonio de Buchet, Yvon Bohers et Gérard Vermeille.

Les plasticiens : Hérvé Duetthe de Montagny-en-Vexin, Pascal Catry de Montjavoult, Gilbert Kadyszewski de Trie-Château, Bernard Pellet du Boisgeloup, Jean-Michel Miralles de Longuesse, Patricia Rabeux de Flavacourt, Rose Coogan de Cléry-en-Vexin, Aligna Sadakhom de Chars.

 

  L'impartial 23 octobre 2008: "Ils ont plein de projets "

 

 

  L'impartial 16 octobre 2008: "La ville à la campagne "

 

Page 46 – jeudi 16 Octobre 2008. L’IMPARTIAL

SAINT-CLAIR-SUR-EPTE > SECOURS POPULAIRE ET PLEIN PH’HART

La Ville à la campagne

Samedi dernier, pour la quatrième année consécutive, des familles d’Argenteuil sont venues prendre l’air et le soleil à Saint-Clair-sur-Epte. Cette année, la visite s’est faite à l’automne et les pommiers n’ont pas été vus en fleurs mais couverts de fruits. Cet événement a lieu grâce à l’action commune du Secours populaire d’Argenteuil, de la municipalité de Saint-Clair-sur-Epte, de l’association du pommier (l’école de peinture de Saint-Clair) et de l’association gisorsienne Plein Ph’Art.

L’activité matinale était réservée à la visite du verger conservatoire et à la cueillette des pommes. Les Argentois ont ensuite participé au pressage des fruits puis à la confection de gelée de pomme et de fruits rouges dans la plus pure des traditions des bassines de cuivre sur trépieds. La pomme a ainsi été le prétexte aux échanges de recettes comme celle du Chanciot, gâteau aux pommes berrichon. L’après-midi s’est déroulée parmi des ateliers créatifs proposés par les associations : moulage de feuilles d’arbres, jardinage, autoportrait, dessin, cuisine. Les visiteurs d’Argenteuil ont profité, ravis, de cette belle journée ensoleillée dans le très beau cadre de la nouvelle salle des fêtes de Saint-Clair-sur-Epte. Chacun est reparti avec des pots de gelée, des gâteaux et des bulbes fraîchement rempotés.

 

la Gazette, l'hebdo du Val d'Oise. 15 octobre 2008 "La ville à la campagne"

Le Vexin français Vallée de l’Oise

Page 28 – Saint-Clair

La ville à la campagne

Expérience renouvelée pour la quatrième année consécutive, en partenariat avec le Secours populaire, la commune de Saint-Clair-sur-Epte, l’association «  Plein Ph’Art » et  l’atelier du Pommier, l’opération «  la ville à la campagne » permet à de jeunes enfants argenteuillais et à leurs parents de venir découvrir la ruralité du Vexin à travers des échanges culinaires et culturels. Cela a débuté avec la visite du verger conservatoire, la cueillette des pommes, puis une démonstration de fabrication de jus de pommes, grâce à l’utilisation du pressoir avec les pommes ramassées.

Tout le monde a ensuite rejoint la salle des fêtes pour déjeuner. Les participants se sont ensuite attelés à la réalisation de travaux artistiques au cours de sept ateliers, encadrés par les membres de l’association Plein Ph’Art et par les parents.

Tous sont repartis fièrement, après le goûter, avec les œuvres réalisées, durant cette après-midi ensoleillée.

F.G

 

  L'Impartial, Jeudi 29 novembre 2007 page 44.

PLEIN PH'ART L'art investit les commerces

article de l'Impartial, 29 novembre 2007Revue de presse pour l'évènement BOUTIQU'ART deuxième édition, novembre 2007  Gisors

PLEIN PH’ART

L’art investit les commerces

  C’est la seconde édition de l’opération Boutiqu’Art menée par l’association d’artistes gisorcienne Plein Ph’Art. Une pause artistique en plein mois dde novembre qui coincidait cette année avec le salon des arts de l’AGAP (association gisorcienne des arts plastiques). Ainsi, le samedi soir, une fanfare venue de Rouen a investi la rue de Vienne devenue piétonne pour l’occasion. Les musiciens ont fait résonner sur le pavé leurs rythmes entrainants et enthousiasmé le public présent. Une trentaine d’artistes ont investi pour une semaine encore une trentaine de commerces du centre-ville. Dommage toutefois que les festivités aient lieu une fois la nuit tombée, même si la pénombre n’a rien retiré de la convivialité ambiante, de ce week-end passé dans les rues de Gisors. Dimanche matin, le cinéma Jour de fête accueillait ses amis de Plein Ph’art pour un brunch et une projection spéciale du film Love is the devil de John Maybury.

(légende de la photo : Une fanfare venue de Rouen a investi la rue de Vienne samedi soir, à la nuit tombée.  )

 

  Sur le net, voir archives de Gisors-Infos : http://www.gisors-infos.fr/Archives/archives_art_visuel.html

 

 

  L'Impartial, Jeudi 22 novembre 2007

L'association AGAP communique sur l'évènement Boutiquart Revue de presse pour l'évènement BOUTIQU'ART deuxième édition, novembre 2007  Trois questions à …

DENIS LAMBERT PRESIDENT DE L’ASSOCIATION GISORCIENNE DES ARTS PLASTIQUES (AGAP)

« Notre ambition : créer des ponts »

Denis Lambert est président de l’association Gisorcienne des arts plastiques qui organise chaque année depuis 27 ans son salon artistique à la salle des fêtes de Gisors. Cet instituteur s’investit depuis plus de dix ans dans ces activités associatives au service et par amour des arts plastiques. Il défend l’esprit très particulier du salon de Gisors, qui se veut populaire, éclectique et pédagogique.

Quelle est la spécificité de cette 27ieme édition du salon des Arts plastiques de Gisors ?

Cette édition est exceptionnelle sur 3 points. D’abord, ce sera un salon écourté (quatre jours au lieu d’une semaine) pour cause de travaux à la salle des fêtes. On s’est adapté à la situation. Il n’y aura donc pas de prix du public ni de visites scolaires. Deuxièmement, l’AGAP se joint cette année à l’association Plein Ph’Art qui mène son opération Boutiqu’Art au même moment. Enfin, troisième évènement cette année : la présence de Hasen S. en tant qu’invité d’honneur. Ce peintre de renommée internationale habite la région et participe pour la première fois au salon. C’est un privilège ! « 

 

Quel intérêt de se joindre à Plein Ph’Art ?
« L’association Plein Ph’Art nous a sollicité pour joindre les deux opérations sur la même semaine. Ainsi, notre salon et leurs expositions dans les boutiques du centre ville seront coordonnés pour offrir aux Gisorciens une semaine dédié aux Arts Plastiques. Nous sommes animés par le même appétit pour l’art. Je pense que nos initiatives sont complémentaires. Le salon est bien implanté dans les habitudes culturelles des Gisorciens alors que ce n’est que la seconde édition de Boutiqu’Art. On peut leur envoyer du public et vice-versa, ils nous en enverrons surement. Certains découvriront des artistes dans les boutiques et auront peut être envie de venir au salon.  

Quel est l’esprit du salon de Gisors ?
" le salon de Gisors est parfois critiqué pour cette particularité que nous souhaitons conserver : il est ouvert à tous, amateurs er professionnels, et à toutes les initiatives artistiques. Peintres sculpteurs, dessinateurs, tous ceux qui pratiquent toutes formes d’Art plastiques sont les bienvenus au salon. Il y aura comme d’habitude toute la palette des styles, des formats et des talents. Cette année 65 artistes présenteront leurs œuvres. On essaye de mettre en relation des personnes d’expériences différentes, de créer des passerelles, des ponts ente les artistes. Ce passage de témoin, c’est tout l’esprit du salon »

Propos recueillis par Lucile Akrich.

Légende de la photo : Denis Lambert est président de l’AGAP, «  même si la gestion de l’association est collégiale ! » précise-t-il.

 

  L'Impartial, Jeudi 28 septembre 2006


  AVEC L'ASSOCIATION PLEIN PH'ART
  L'art investit les commerces

impart_28sept06_72dpi.jpg

 

La gazette, l'Hebdo du Val d'Oise, mercredi 24 mai 2006


Saint Clair sur Epte Opération "La ville à la campagne" Bienvenue à "Argenteuil-sur-Epte"
Grâce à l'action du Secours Populaire, les familles argenteuillaises ont pu venir passer une journée dans le village.

Saint Clair sur Epte Opération "La ville à la campagne" Bienvenue à "Argenteuil-sur-Epte"
La troisième édition des rencontres "La ville à la campagne" ...
(transcription de cet article à venir)

 

  L'Impartial, Jeudi 18 mai 2006   Page 55, section Gisors.

 SAINT CLAIR SUR EPTE >RENCONTRE VILLE/CAMPAGNE

Chasser les préjugés.


article 18 mai 2006

 Chacun pourrait camper sur ses positions, avoir des idées arrêtées et négatives sur celui qu’il ne connaît pas. La rencontre annuelle basée à Saint-Clair-sur-Epte intitulée « la ville à la campagne » est destinée à chasser tout a priori. Les Saint Clairois, villageois résidant à la limite de Val d’Oise, accueillaient samedi l’autre extrémité du département, cinquante Argenteuillais, pour une journée de partage. Cette année, retour à la case prieuré après une rencontre dans la salle des fêtes l’an passé.

Côté campagne, le verger en fleurs, la cidrerie et ses odeurs mémorables, une démonstration de greffage a apporté une ouverture nouvelle sur le monde rural.

Côté ville, la découverte s’est produite au niveau gustatif avec des pâtisseries orientales succulentes accompagnées d’un thé à la menthe parfumé.

Les enfants ont été invités à réaliser des œuvres graphiques qu’ils ont pu ramener chez eux. Nul doute que cette troisième édition fut une réussite. « On avait peur que l’idée soit trop fleur bleue, trop idéaliste » commente Pierre Marcel, adhérent des associations Plein ph’Art et A Propos d’Art, oeuvrant pour le succès de la journée.

Un succès qui ne doit rien au hasard puisque pas moins de six partenaires ont agi dans le même sens. Le secours populaire français d’Argenteuil a réuni les familles, financé le voyage et le pique-nique des participants. La commune   de Saint Clair sur Epte a offert ses locaux, financé les fournitures des différents ateliers et animé la visite pomologique.

L’association Plein Ph’art de Gisors, forte samedi d’une quinzaine de bénévoles, organisait le goûter et les animations.
Le centre aéré « les Lézards » de Saint Clair sur Epte a prêté ses animateurs professionnels. La galerie associative « A Propos d’Art » d’Argenteuil a assuré le lien avec l’art et les artistes.

L’atelier du pommier a coordonné les acteurs de la journée.

La mobilisation de tous ces volontaires s’est faite avec tant de cœur que seul l’aspect plaisir du partage a émergé dans cette lourde intendance.

(voir la page internet relatant cette journée)

 

 

  L'Impartial, Jeudi 16 Février 2006 Section Gisors, page 42

Plein Ph'art sur les talents locaux, article de l'Impartial, 16 février 2006

200 CONVIVES POUR LA SOIREE CABARET

Plein Ph’Art sur les talents locaux.

Une star académie à la mode gisorcienne ? Un radio-crochet aux allures d’autrefois ? Pas vraiment, mais une chose est sûre : avec sa soirée cabaret aux ingrédients inédits, l’association Plein Ph’Art a frappé un grand coup, samedi soir. Née en septembre 2004 autours d’une poignée d’acteurs de la vie culturelle locale, Plein Ph’art a fait, doucement mais sûrement, son chemin. Ses mots d’ordre ? L’amitié et l’ouverture. Sa raison d’être ? Organiser des manifestations à la fois culturelles et festives.
(

C’est bien de cela qu’il s’agissait samedi soir à la salle des fêtes de Gisors. Autour des tables, pas moins de 200 convives avaient pris place. Au menu, tajine parfumée, mais aussi chansons, numéros de danses ou de théâtre. Entre moments de poésie, d’émotions non feintes ou d’instants plus surréalistes, la soirée aura réservé son lot de surprises. Comme la prestation de la compagnie Axelaxe, vraie réussite en matière de danse contemporaine, la conviction de la voix de Marie-Françoise sur des chansons réalistes ou la sincérité toute simple de Patrick Pothier, auteur compositeur et interprète, pour ne citer que ceux-là… Le principe de la soirée – associer des artistes accomplis à des amateurs – aura fait des étincelles.

De quoi donner du grain à moudre à Plein Ph’Art qu’on attend d’ores et déjà à la troisième édition de la Fête du Printemps à Saint-Clair-Sur-Epte. L’association a aussi un gros projet dans ses cartons : une grande fête autour de la musique et du cinéma à Gisors. Et elle attend de pied ferme tous les volontaires qui voudraient lui prêter main forte…

Contact : Association Plein Ph’Art – 1 rue des Côtes Vielles, 27140 Le Boisgeloup.  

 

Légendes des photos,
ligne 1 de gauche à droite

"Eléonore, couturière de métier, en duo avec Marie-Françoise, dont la voix fait des étincelles"
"Démonstration de danses de salon avec Dany et François Wilmet."
 

Ligne 2, de gauche à droite :
 

"Patrick Pothier, auteur compositeur, a interprété trois chansons, en toute simplicité."

"La voix puissante de Jean-Christophe Aussan, parfaite pour interpréter du Johnny ou du Eddy Mitchell."

"Pure moment de grâce avec la compagnie Axelaxe"

 

Paris-Normandie Andelys,  10 Février 2006

Plein phares sur une soirée cabaret inédite

Très discrètement mais judicieusement, l'association « Plein Ph'art » se fait une place dans le paysage gisorsien. Souvent novatrices, ses activités rencontrent un public de plus en plus large. La prochaine, organisée le samedi 11 février prochain, ne devrait pas déroger à la règle.

Pour cette soirée cabaret, l'équipe de Fabienne Wojcik n'a réservé aucun groupe ou artiste. Le principe de départ était simple : lancer un appel aux artistes de la région afin d'offrir à certains la tant espérée première expérience sur scène.

A l'issue du casting, cette idée a déjà fait ses preuves : « Nous avons rencontré une dizaine d'artistes dans des domaines très vastes. Certains viennent de la région parisienne. C'est une expérience très enrichissante. Nous avons pu auditionner des gens pas forcément expérimentés mais qui ont pourtant déjà une certaine maîtrise de la scène. "

Le samedi 11 février, les Gisorsiens pourront donc assister aux premiers pas d'un chanteur, d'un humoriste. Toutes les spécialités des arts vivants seront représentées. Evénement unique sur un plan local, les organisateurs espèrent attirer un nouveau public : « Nous nous sommes fixé pour objectif de réunir une centaine de personnes. Nous sommes sur de bonnes bases. La présence des spectateurs est un élément indéniable dans la réussite d'un sketch ou d'une chanson. Nous espérons donc que la mobilisation sera au rendez-vous. »

Soirée cabaret organisée par l'association Plein Ph'Art Samedi 11 février à la salle des fêtes de Gisors


Cet article a été recopié du site internet de Paris Normandie , qui offre un service d'archives que l'on peut consulter en effectuant une  recherche par mots clés, pour un coût modique.
http://www.paris-normandie.fr
 

 

  L'Impartial, Jeudi 2 Février 2006 Section SORTIR, page 33

Pros et amateurs pour une soirée cabaret inédite. L'impartial, 2 février 2006 Pros et amateurs pour une soirée cabaret inédite.

L'association Plein Ph'Art a concocté une soirée cabaret qui promet... Le principe? Associer artistes professionnels et amateurs. Chacun dans sa spécialité s’efforcera de donner le meilleur. En duo ou en solo, une poignée d’amateurs osera ainsi franchir le pas.

Encore que pour les chanteuses Eléonore (Gisors) et Marie-Françoise (Fleury-sur-Andelle), cette scène ne sera pas la toute première. La première, couturière de métier, reprendra des tubes de chanteuses à voix comme Céline Dion ou Whitney Houston. La deuxième, d’avantage portée sur les variétés françaises, a déjà fait ses premières armes dans une troupe cabaret de l’Oise.

Katia, de Gisors elle aussi, chantera devant un public pour la première fois. Toutes trois ont passe des « auditions » et retenu l’attention des organisateurs de la soirée. Autre artiste invitée, la danseuse Cécile (de Montjavoult) est une « pro » qui fait partie de la troupe parisienne « Axelaxe ». Enfin, toujours au chapitre artistique, on retrouvera le « Petit chœur palpitant de Montjavoult » dirigée par Laura Catry, sur un répertoire plutôt boogie-woogie. L’idée maîtresse de Plein Ph’Art est de proposer une soirée conviviale. La formule « dîner-spectacle-soirée dansante » se veut donc rassembleuse.

Soirée cabaret, samedi 11 février à 20h. à la salle des fêtes de Gisors. Repas : apéritif, tajine, dessert, boisons. Danse en fin de soirée avec la DJ Miette. Tarif 20€.

 

  L'Impartial, Jeudi 22 décembre 2005 Section Gisors, page 42

 

coupure de presse, L'Impartial 22 décembre 2005 Avec l'association Plein Ph'Art  Appel aux nouveaux talents !

Carte blanche aux talents de tous genre : Voilà le principe adopté par l'association Plein Ph'Art pour la soirée du 11 février prochain à la salle des fêtes de Gisors. Plein Ph'Art, née du rassemblement de plasticiens, peintres ou plus largement d'acteurs de la vie culturelle locale, veut ainsi "élargir le cercle et le panel des talents" comme le formule Laura Catry, représentant le comité e coordination de l'association.

"Cette soirée est surtout l'occasion de rencontrer de nouvelles personnes, explique t elle. Elles peuvent avoir un talent précis (chants, sketches, imitations, danses, poésie...) ou tout simplement avoir envie de partager une passion avec le public."

Pour l'heure, les organisateurs imaginent le spectacle sous forme "cabaret" avec une succession de shows courts. "Mais cela dépendra surtout des volontaires qui se présentent, note Laura Catry. Nous souhaitons pouvoir les rencontrer le plus vite possible et en tous cas qu'ils prennent contact avec nous au plus tard le 8 janvier prochain."

Soirée festive.

Les talents, déjà nombreux, de l'association proposeront également des installations artistiques et éventuellement des peintures, mais la soirée se voudra aussi résolument festive. D'abord, autour d'un aligot aveyronnais (repas 15€ sur réservation avant le 27 janvier), puis au travers d'une animation musicale résolument éclectique, du tango au funk en passant par la valse (3€ l'entrée à partir de 23heures). On l'aura compris, l'association Plein Ph'Art, qui pour sa première année d'existence a fait parler d'elle à Saint Clair sur Epte ou sur la foire à tout de Gisors, entend désormais s'ouvrir plus largement à ceux qui souhaitent contribuer à la vue culturelle locale.

 

(...)

 

  L'Impartial, Jeudi 23 juin 2005 Section Gisors, page 49

Ce dimanche 24 juin
Les artistes s'invitent sur la 20e foire à tout.

La 20e édition de la foire à tout du comité des fêtes s'annonce sous les meilleures auspices.

(...) l'association Plein Ph'art, active depuis quelques mois à Gisors, entend profiter de la foire à tout pour aller à la rencontre du public. Sur un stand rue de Vienne (de la librairie des templiers jusqu'à la boutique Foci), artistes et plasticiens utiliseront des objets hétéroclites devenus inutiles, qui seront assemblés, torturés et détournés de leur usage habituel. Ces objets chargés d'humour seront vendus sur le stand. Pierre Marcel, Pascal Catry (et Bernard Pellet NDL) feront partie de ces artistes créateurs d'objets clin d'œil, qui porteront leur signature. De son côté, Sylvie créera sur place deux grandes fresques avec la participation des promeneurs. Pour l'association Plein Ph'art ce sera aussi l'occasion de présenter ses projets à de nouveaux adhérents. A ce sujet, le site Internet est d'ores et déjà ouvert (pleinphart.com)

(...)

 

 

  L'Impartial, Jeudi 5 mai 2005

OISE. SAINT CLAIR SUR EPTE . RENCONTRE NORD SUD. De l'art mais pas de hasard !

OISE. SAINT CLAIR SUR EPTE . RENCONTRE NORD SUD. De l'art mais pas de hasard !  La journée du 23 avril restera sûrement gravée dans les souvenirs des familles d'Argenteuil qui ont été accueillis à l'Ermitage. le principe de cette seconde rencontre nord/sud devait mener à un échange sur les traditions culinaires des gens des villes et des gens des champs mais aussi à un apprentissage des rudiments artistiques dans différentes disciplines picturales. le décor a, pour le bonheur de tous, été planté dans le cadre verdoyant de l'ermitage à Saint Clair sur Epte.

la municipalité, enchantée par le projet, a immédiatement accepté d'être la terre d'accueil des artistes et des visiteurs. Pour s'assurer une parfaite réussite, de nombreux partenaires sont venus se greffer au projets tels que la société Vexincom. Infographie créatrice de sites web, Le Secours Populaire d'Argenteuil qui a offert le voyage et le pique-nique aux familles bénéficiaires, la galerie "A Propos d'Art" d'Argenteuil qui a fourni ses artistes volontaires et bénévoles, le peintre Pierre Marcel, le centre aéré "Les Lézards de Saint-Clair qui a mis à disposition ses animateurs et l'association artistique et culturelle Plein Ph'Art de Gisors.

Une intendance bien rodée qui a permis le bon déroulement de la journée et la pleine satisfaction des 75 citadins. les visiteurs ont débuté leur journée au sein du verger conservatoire en pleine floraison où une démonstration de greffage les attendait. une visite de la cidrerie a titillé les narines des invités. Un repas champêtre leur a ensuite été offert dans le parc de l'ermitage avant d'entamer les activités de l'après-midi. Différents ateliers, encadrés par les bénévoles des associations, comme la cuisine, le collage, la peinture, la sculpture sur bois ont été proposés durant deux heures. une exposition des oeuvres plastiques autour d'un thé à la menthe, de jus de pomme et de réalisations de l'atelier cuisine a achevé cette journée bien rythmée ou chacun a appris de l'autre.

 

L'Echo Le Régional Mercredi 4 mai 2005


LE VEXIN
SAINT CLAIR SUR EPTE
Quand la ville vient à la campagne
 

Quand la ville vient à la campagne  Un heureux partenariat réunissant la commune de saint Clair sur Epte, l’école de peinture « Le Pommier », la galerie associative « A Propos d’Art » d’Argenteuil, le secours populaire du val d’Oise et l’association « Plein Ph’art » de Gisors, a permis l’organisation de le deuxième édition de La Ville   La Campagne et d’accueillir des familles d’Argenteuil pour une journée d’échange et de découverte.

Etant donné le nombre d’ateliers, c’est à la salle de l’Ermitage que cette manifestation s’est déroulée.

Les visiteurs ont pu visiter le verger conservatoire de la pomme, magnifiquement fleuri, la cidrerie, effectuer des promenades dans le village, 92 personnes du secours Populaire étaient présentes le samedi 23 avril, avec la responsable de la fédération du Val d’Oise Nadia Rousseau et Samira dévouée animatrice qui animèrent un atelier de confection de pâtisseries orientales (délicieusement sucrées).

Au premier étage de la salle de l’Ermitage Laura Catry, chanteuse lyrique a animé une séance de chant, avec des improvisations et la composition d’un spectacle musical.

Pascal catry, pour sa part en tant que plasticien (Plein Ph’Art et A Propos d’Art) procédait avec ses élèves à l’habillage d’une branche de pommier avec des plaques de zinc.

La nouvelle venue, l’association Plein Ph’Art », n’était pas la moins dynamique avec Lina Borlenghy et Laurence Pellet (la secrétaire) qui animaient un atelier sucré salé avec la confection de petits pains divers et avec Fabienne la trésorière, des collages avec   Sylvie plasticienne et enseignante en art plastique, avec Jean Marc Delacruz, le directeur du cinéma de Gisors avec un atelier de détournement d’affiches… de cinéma bien sur, avec les gâteaux finlandais de Kirsti et Anne-Marie.

Elisabeth, Mélanie, Angélique Ludovic du centre de loisirs, « les Lézards » réalisaient des objets en bois à l’aide de scies à chantourner.

Pierre Marcel, artiste peintre et animateur de l’école de peinture de saint Clair sur Epte était présent avec ses élèves… et partout à la fois. Il était secondé par Patricia Rabeux le l’association « Image In Thelle » le défi à relever était l’exécution en 2h30 d’une peinture sur toile.

Autant dire qu’il y avait de l’animation et que la journée parut bien courte pour la majorité des participants.
De nombreuses amitiés se lient toujours dans de telles manifestations et cette deuxième édition n’a pas failli à la règle… et tout le monde est enchanté et prêt à recommencer.

 

  L'Impartial, Jeudi 28 avril 2005

  Une Nouvelle Association est néz  Plein ph'art sur la culture !

Née voilà plusieurs années sous l’impulsion d’un groupe d’amis gisorciens amoureux des arts et de la culture, l’association Plein Ph’art, a acquis sa légitimité en déposant ses statuts en janvier 2005.

A la fois créateurs d’évènements culturels, mais aussi ouvriers en renfort de celles crées par les municipalités de la région, les membres de l’association, artistes professionnels volontaires, veulent permettre des échanges aux travers de divers ateliers.
les familles démunies d’Argenteuil ont vécu samedi une parfaite immersion dans un bouillon d’art et de culture dans le bel écrin qu’est l'Ermitage de Saint Clair sur Epte. Les recettes méditerranéennes ont côtoyé le savoir-faire finlandais.

Les adhérents de Plein Ph’Art ont animé des ateliers correspondants à leurs talents auprès de 75 argenteuillais : Laura Catry, présidente de l’association, mais aussi chanteuse lyrique a animé in atelier d’improvisation et composé un spectacle musical. Son plasticien de mari, Pascal, assisté d’ Ugo Li pnt proposé l’habillage d’une branche de pommier avec des plaques de zinc.

Sylvie, plasticienne et enseignante d’art plastique, a expliqué les rudiments du collage.

Jean Marc delacruz, directeur du cinéma Jour de Fête, a travaillé avec les citadins sur le détournement d’affiches de cinéma.

La cuisine sucrée salée a été confectionnée grâce aux conseils de Lian et laurence, Kisrti a dévoilé sa cuisine du nord à l’aide de gâteaux finlandais, assistée par Anne-Marie.

Une volonté de partage des connaissances qui a trouvé une réceptivité auprès des citadins impressionnés tant par le savoir-faire gracieusement offert que par l’énergie déployée pour le communiquer.

 

La gazette, l'Hebdo du Val d'Oise, mercredi 27 avril 2005


Saint Clair sur Epte
La fête du Printemps, journée de rencontres et de découvertes à Saint Clair sur Epte
La Ville à la campagne

La deuxième édition de l’opération « La ville à la campagne » gagne en notoriété.

La deuxième édition de l’opération « La ville à la campagne » gagne en notoriété. Cette année deux bus sont venus d’Argenteuil avec à leur bord, des familles encadrées par Le secours Populaire.

 

De la rencontre entre les artistes de Saint Clair sur Epte et la galerie « A Propos d’Art », et grâce au Secours Populaire d 'Argenteuil, est née une journée de rencontres et de découvertes sous les pommiers en fleurs des vergers de Saint Clair sur Epte . C’est ainsi que les familles citadines d’Argenteuil ont pu se rendre au village dans le village de Saint Clair, respirer l’air de la campagne. Rencontre entre la ville et la campagne, le nord et le sud. Cette célébration du printemps est aussi une belle expérience de créativité et d’animation culturelle et conviviale. La principale originalité de ce projet est l’amitié entre différentes associations, qui ont proposé ensemble une grande variété d’ateliers artistiques dans le cadre idyllique de l’Ermitage.

La commune de Saint Clair, hôte de la manifestation, a mis à disposition la salle de l’Ermitage, financé les fournitures de différents ateliers, animé la visite du verger avec le concours de son pomologue, fourni et installé le matériel de la manifestation.

La société vexincom (www.vexincom.fr) a financé le matériel des ateliers de collage, tandis que le Secours populaire D’Argenteuil et les associations ou organismes public partenaires (RATP, Conseil général, entre autres) ont affrété les bus, fourni le pique-nique et encadré les familles.

Les animations artistiques ont été proposées par la galerie associative « A Propos d’Art » d’Argenteuil, et ses artistes volontaires bénévoles. L’association culturelle et festive de Gisors « Plein Ph’art » , les animateurs du centre de loisirs des Lézards, de saint Clair, et l’école de peinture du Pommier, étaient également de la partie, pour que tous conservent un souvenir inoubliable de cette journée du 23 avril 2005. Plusieurs petits groupes ont ainsi effectués iune promenade dans le village, visité le verger conservatoire en pleine floraison, découvert la cidrerie et l’école de peinture. Puis tout le monde s’est rendu à la salle de l’Ermitage pour déjeuner dans le parc. Le programme de l’après-midi laissait une large place à l’expression artistique, en toute liberté, à travers les ateliers :

Laura Catry, chanteuse lyrique (association Plein Ph’Art), a animé ls cours de chant, autours des techniques d’improvisation et de composition d’un spectacle musical représenté dès la fin de la journée.

*les participants se sont également adonnés à la sculpture, guidés par pascal Catry, plasticien au sein des associations Plein Ph’art et A Propos d’Art. ils ont ainsi réalisé l’habillage de branches de pommier avec des petites plaques de zinc.

L’atelier collage était animé par Sylvie, plasticienne et enseignante en arts plastiques (Plein Ph’Art et A propos d’Art) et Jean Marc Delacruz, directeur de cinéma (Plein Ph’Art). Ensemble ils ont incité les artistes amateurs à un travail très ludique de détournement d’affiches de cinéma.

L’atelier peinture sur toile, animé par l’artiste de l’école municipale de peinture Pierre Marcel, assisté de Patricia Rabeux, plasticienne de l’association Image in’Thelle, s’est lancé le défi d’exécuter une toile en deux heures.

L’étude du travail du bois, encadré par Elisabeth et les animateurs du centre de loisirs les Lézards a permis de façonner rapidement des petits objets, à l’aide de scies à chantourner. Et la cuisine sucré-salé de Lina et Laurence (Plein Ph’Art), le pain dans tous ses états et la cuisine du sud, animé par les volontaires du Secours Populaire, ont régalé les convives au cours d’une séance de dégustation, ou l’on pouvait se rassasier de pâtisseries orientales faites maison et de se délecter du traditionnel thé à la menthe. Mais la cuisine du soleil était concurrencée par les gâteaux finlandais, réalisés par Kirsti et Anne-Marie(Plein Ph’Art)   Beaucoup de participants ont pu réaliser, en deux heures à peine, une création artistique qu’ils ont pu emporter chez eux en guise de souvenir de cette merveilleuse journée ;

Quelques habitants du village ont ensuite rejoint la manifestation, autour du thé à la menthe et du jus de pomme, spécialité de Saint Clair, ainsi que des produits confectionnés lors des ateliers cuisine.

En fin de Journée, les sourires et les mercis des familles argenteuillaises à leurs hôtes et professeurs ‘un jour témoignaient de la réussite de cette seconde édition de l’opération « la ville à la campagne »

(Article signé) Fabrice Guérin.  

 

 Le Parisien 25 Avril 2005

 

POUR la deuxième année d'affilée, le Secours populaire d'Argenteuil et l'association Pleinph'Art animaient samedi une journée festive pour une centaine d'enfants, d'adolescents et de parents issus de milieux défavorisés en plein coeur du Vexin, à Saint-Clair-sur-Epte . Pierre Marcel, un peintre de la région, et Pascal Catry, un sculpteur sur bois, ont monté des ateliers pendant toute la journée. A 28 ans, Samira entame sa première année comme bénévole au Secours populaire. Cette journée en pleine nature est l'une de ses premières expériences de bénévole : « Le but d'un tel moment, c'est de sortir tous ces gens de leur univers habituel et de leur faire oublier, pendant quelques heures, le contexte dans lequel ils vivent tous les jours. Ici, nous sommes loin des tours, dans un village. C'est aussi un bon moyen de souder les familles, de rendre les rencontres plus conviviales. » Samira s'est occupée d'un atelier de cuisine orientale. « Tout le monde a pu repartir avec son tableau, sa sculpture ou son plat cuisiné », se réjouit la jeune femme, heureuse aussi qu'un invité surprise, le soleil, ait rendu la journée encore plus réussie.
O.Su

 

  Paris-Normandie Andelys,  19 avril 2005


« Plein ph'art » sur la culture !

Une nouvelle association culturelle vient de naître à Gisors.
Une première manifestation « carte de visite » est prévue ce week-end à Saint-Clair-sur-Epte.

 

Longtemps à la tête du restaurant le Monarque, rue de Vienne, Fabienne et Véro avaient pour habitude de recevoir, dans leurs murs, expos et autres animations culturelles mettant en scène des artistes du cru. Au moment de vendre leur commerce, il a semblé impossible à Fabienne de laisser tomber cette belle aventure culturelle qui fonctionnait si bien : « Le Monarque était devenu un lieu de rencontre avec les artistes. Des liens d'amitié se sont créés, que je ne voulais pas abandonner. Alors je me suis dit : ' Pourquoi pas créer une asso pour regrouper cette bande de copains, et travailler ensemble à des événements culturels ? ' Nous avions déjà réussi à mettre en place une véritable fête de la musique, depuis l'an 2000. »
Aussitôt dit, aussitôt fait. Fabienne a de l'énergie et de la détermination à revendre : en janvier dernier, Plein ph'art existe officiellement, et rassemble une vingtaine de membres, dont pléthore de personnes incontournables de la vie artistique gisorsienne : Francis Delatour et Aurélien Richard des Désinents, le peintre Pierre Marcel, Laura et Pascal Catry de Musicavoult, l'adjointe à la Culture Catherine Paysant, la prof de danse du Conservatoire Christine Caradec, Jean-Marc Delacruz du cinéma Jour de fête, etc. Autant de représentants de quasiment toutes les formes d'art qui se pratiquent dans le secteur.

 

Ateliers cuisine
La première manifestation culturelle à laquelle Plein ph'art va contribuer ne se sera pas fait attendre : samedi prochain, une dizaine de ses membres participeront à la fête du printemps organisée traditionnellement à Saint-Clair-sur-Epte : « Nous avons vocation à travailler avec d'autres associations, y compris dans les départements limitrophes : c'est ce que nous ferons avec Vexincom. fr, la commune de Saint-Clair, le Secours populaire, la galerie associative A Propos d'art, le centre de loisirs les Lézards de Saint-Clair et l'école de peinture du Pommier de Saint-Clair. L'un de nos membres, Pierre Marcel, installé à Saint-Clair, participe à l'organisation de cette journée culturelle à destination des enfants issus de milieux modestes : des familles d'Argenteuil vont découvrir la pomme dans tous ses états : verger conservatoire, cidrerie, puis s'éclater dans des ateliers. On leur proposera notamment de faire des desserts finlandais, des pâtisseries orientales, qu'ils emporteront chez eux le soir. » Le tout dans les locaux de l'Hermitage, gracieusement mis à disposition par la commune. Une belle « carte de visite » qui mettra les pleins phares sur cette nouvelle association.

 

ANNE-SOPHIE GROUE

Fête du printemps, le 23 avril à Saint-Clair- sur-Epte de 10 h à 18 h : visite du verger conservatoire et de la cidrerie, repas champêtre, ateliers (chant, sculpture, collage, peinture, travail du bois, cuisine sucré-salé, cuisine du sud, cuisine du nord), goûter, dégustation et expo des œuvres réalisées. Renseignements au 06.80.85.87.01 ou sur le site Internet http://www.lepommier.net/saintclair/2005.htm (cliquer sur le lien « Plein ph'art » )

 

Cet article a été recopié du site internet de Paris Normandie, qui offre un service d'archives que l'on peut consulter en effectuant une  recherche par mots clés, pour un coût modique.
http://www.paris-normandie.fr